Peut-on devenir freelance sans compétence ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Peut-on devenir freelance sans compétence ? Pour vous donner une réponse rapide, c’est oui. Découvrez pourquoi et comment ?

Table des matières

Beaucoup d’entre vous me posent souvent cette question : « peut-on devenir freelance sans compétence ? » Eh bien, pour vous donner une réponse rapide, c’est oui. D’ailleurs, dans ma formation freelancing, je vous propose de nombreuses idées de services à vendre sans compétences. Cependant, le plus difficile pour les débutants, c’est d’avoir leur premier client. Comment faire valoir ses compétences et prouver aux potentiels clients que vous êtes le prestataire idéal pour effectuer sa mission ? C’est la question qui doit se poser. Poursuivez votre lecture !

Évaluer ses compétences

Avant toute chose, sachez que toutes les compétences développées au cours de votre vie ne se valent pas. Si vous voulez décrocher des missions freelances plus facilement, je vous conseille de mettre en avant des compétences utiles. Ce sont les compétences qui peuvent servir à vos clients.

Pour les connaitre, vous devez d’abord lister les projets et les expériences que vous avez pu développer. Il faut également tenir compte de vos passions et de vos passe-temps favoris. Eh oui, cela pourrait bien servir à quelque chose à d’autres personnes.

Ensuite, vous devez identifier leur intérêt business. Rien de plus simple : rendez-vous sur Google et tapez une requête autour de la compétence en question et vous trouverez le nombre potentiel de résultats de recherche. Cela vous permet d’avoir une idée de l’intérêt des utilisateurs internet autour de cette compétence.

Mieux encore, vous pouvez vous rendre directement sur des plateformes freelances comme Fiverr, 5euros.com, BeFreelancr ou autres encore. Vous y trouverez facilement le nombre des vendeurs et des commandes en cours autour de votre thématique, c’est-à-dire, les opportunités de vente !

Je ne vais pas m’attarder là-dessus, mais il faut que la compétence à mettre en avant ait de la valeur aux yeux des clients potentiels.

Développer son réseau

Sans réseau, il est quasiment difficile d’exercer en indépendant. Contrairement à l’univers des entreprises, celui du freelancing ne tient pas vraiment compte de vos qualifications, mais plutôt de la pratique. Autrement dit, vos diplômes ne sont que des bagages pour vous lancer. Vos nouveaux clients vont avoir besoin d’une preuve ou d’un exemple de ce que vous êtes capable de faire.

Pour y parvenir, il faut obtenir des témoignages de votre travail précédent ou des recommandations clients. Ainsi, vous devez développer votre réseau. C’est là le nerf de la guerre ! Votre réseau peut concerner vos camarades de classe (si vous êtes étudiant), vos anciens collègues, vos proches, vos anciens employeurs ou votre employeur actuel si vous êtes salarié (pourquoi pas) et bien d’autres encore. N’hésitez pas à leur demander de vous mettre en relation avec des entreprises ou des particuliers qui pourraient avoir besoin de votre service. C’est déjà une piste pour devenir freelance sans compétence.

Vous pouvez également prendre contact avec d’autres travailleurs indépendants. Certains d’entre eux peuvent avoir besoin de votre service. Par exemple, vous demandez à une agence web ou à un développeur web s’ils pourraient être intéressés par votre service de rédaction web.

Si vous êtes un étudiant sortant avec un diplôme en poche, je vous conseille fortement de commencer d’abord en entreprise, le temps que vous ayez quelques années d’expérience à votre actif. Le travail en web freelance exige plusieurs compétences à part votre prestation : les démarches administratives, la prospection client, le marketing digital, la gestion de projet, la facturation, le SAV et bien d’autres paramètres qui risquent de vous démotiver.

Privilégiez un contrat de travail CDD pour pouvoir quitter l’entreprise librement sans démissionner. Bien évidemment, vous devez savoir défendre votre choix devant les ressources humaines. D’ailleurs, vous pouvez bénéficier des aides à la création d’entreprise une fois que vous êtes prêt à choisir le statut de travailleur indépendant.

Construire son portfolio

Dans ce même ordre d’idée, vous devez construire un portfolio pour devenir freelance sans compétence. Alors, vous vous demandez sûrement quoi présenter puisqu’il n’y a justement pas d’expériences, ni d’exemples de travaux déjà réalisés.

Alors, mon conseil, c’est de travailler gratuitement pour les contacts proposés par votre réseau. Ne vous affolez pas tout de suite ! Je ne vous invite pas à travailler gratuitement sur un gros volume de commandes, mais seulement sur un microprojet pouvant être effectué en quelques heures, voire en deux jours maximum.

En faisant cela avec deux ou trois contacts, c’est largement suffisant pour faire valoir cette expérience dans votre portfolio et dans d’autres outils de communication (Twitter, site internet, Facebook, Instagram, etc.)

Si ces clients sont satisfaits de votre travail, ils vont certainement revenir vers vous pour proposer d’autres missions intéressantes et plus conséquentes. Mieux encore, ils vont vous recommander à d’autres personnes. Ce qui va élargir votre réseau client.

Créer un blog

Si vous avez les moyens financiers pour devenir freelance sans compétence, je vous conseille tout de suite de créer un blog. La grosse erreur des freelances débutants, c’est de négliger l’importance d’un site internet pour travailler de manière indépendante.

Or, ce n’est plus difficile aujourd’hui de créer un blog WordPress. Il vous permet de démontrer votre expertise à travers des contenus, d’avoir du trafic qualifié, de présenter votre portfolio, d’augmenter votre audience, de fédérer une communauté, de développer votre portefeuille client, de gagner de l’argent supplémentaire (publicité, affiliation, etc.) et bien d’autres avantages.

Bien évidemment, cela demande du temps, mais c’est un investissement sur le long terme qui vous permet de créer une marque forte et donc de vous distinguer de la concurrence. Je vous invite à découvrir ma formation sur le freelancing pour mettre en place votre blog WordPress. Je vous montrerai toutes les étapes à suivre !

S’inscrire sur des plateformes freelances

Encore une fois, si vous voulez devenir un travailleur autonome, il est conseillé d’avoir son propre site internet. Cependant, si vous n’avez pas encore les moyens ou si vous voulez gagner de l’argent supplémentaire, vous pouvez commencer par les plateformes de mise en relation des freelances et leurs clients.

La plupart des nouveaux freelances ont commencé par là. Ainsi, je vous conseille de bien positionner votre offre. À qui souhaitez-vous vendre vos prestations de services ? Vous ne les présentez pas de la même façon pour cibler de grandes entreprises, des PME ou une catégorie de personnes comme les fashionnistas, les geeks, les randonneurs, etc.

Sachez également qu’il faut proposer un service qui cible une niche de marché indépendant et non un marché trop généraliste sur les plateformes freelances. Cela vous permet de vous distinguer facilement de la concurrence.

Puis, faites attention à la fixation des prix ! Jetez un œil sur les offres de vos concurrents pour ne pas trop vous éloigner du prix du marché ! Soyez également réaliste au moment de démarrer votre activité professionnelle, car un freelance débutant ne gagnera pas plus qu’un freelance expérimenté.

Vous pouvez choisir les meilleures plateformes freelances généralistes ou spécialisées en fonction de votre domaine et niveau d’expertise. Il faut aussi tenir compte des objectifs financiers que vous avez fixés pour vivre de votre activité d’indépendant.

Diversifier ses sources de revenus

Que ce soit sur votre propre site internet ou sur des plateformes en ligne, les chances pour les nouveaux freelances de trouver des missions très rapidement sont minimes. Au pire, vous devez attendre des mois, voire des années pour décrocher une mission. Au mieux, vous êtes sollicités pour des missions payées au lance-pierre.

En attendant, vous pouvez envisager de créer des sources de revenu passif. Pour devenir freelance sans compétence, vous pouvez par exemple, opter pour l’affiliation ou pour le dropservicing. Cela vous permet d’éviter d’éventuelles déconvenues financières.

Sinon, il vous est également possible de créer un produit numérique tel qu’une formation en ligne, un ebook, un site d’adhésion, etc.

Vous l’aurez compris, il est tout à fait possible de devenir freelance sans compétence, mais à condition de savoir créer une marque personnelle et de bien choisir où proposer son offre de service.

Bien évidemment, lorsqu’on choisit de devenir vraiment indépendant, il faut avoir un certain nombre de qualités. Que vous prévoyiez de travailler à temps plein ou à mi-temps, vous devez avoir une bonne organisation et une certaine flexibilité. Vous devez également investir sur vous-même et vous former régulièrement, car le travail autonome reste évolutif. Il est possible qu’une compétence très recherchée aujourd’hui ne le soit plus demain. D’autres compétences vont également être utiles. Donc, soyez au courant de la tendance du marché freelance pour rester compétitif.

Pour terminer, ne reportez plus votre projet de devenir travailleur indépendant et mettez-vous au travail !

J’espère avoir pu vous aider à surmonter vos peurs et à vous lancer dans l’univers du freelancing pour être son propre patron. Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires !

Gagnez de l'argent avec nos concepts

Minimum 450 × plus rentable que le Livret A