SEO : Comment apprendre le référencement web ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Vous souhaitez apprendre le référencement web ? Ne cherchez plus ailleurs ! Découvrez quelques pistes pour votre initiation au SEO !

Table des matières

Vous souhaitez apprendre le référencement web, car vous êtes à la recherche d’un nouveau métier et devenir un bon rédacteur web par exemple. Ou peut-être que vous êtes en reconversion personnelle et l’apprentissage du SEO est nécessaire. Quelle que soit votre raison, découvrez vite comment apprendre le SEO.

Les prérequis pour apprendre le référencement web

Il convient tout de suite de dire que le référencement naturel n’est pas une science exacte. Cependant, vous devez apprendre les bases et c’est à travers les expériences et la pratique que vous allez pouvoir évoluer.

Ainsi, vous devez d’abord savoir comment fonctionne un moteur de recherche. Puis, vous devez apprendre les fondamentaux du référencement web, suivre les tendances SEO et pratiquer.

Comprendre le fonctionnement des moteurs de recherches

Alors, comment fonctionne les moteurs de recherche comme Google, Bing ou encore Yahoo ?

Eh bien, sachez qu’un moteur de recherche fonctionne à partir d’un algorithme pour générer les résultats naturels d’une requête effectuée par un internaute. Cet algorithme est basé sur un certain nombre de critères.

Prenons l’exemple de Google, car il détient plus de 90 % de la part de marché des moteurs de recherche (91,45 % en janvier 2022 selon Oberlo).

Pour pouvoir proposer des résultats pertinents aux internautes, Google cherche à classer les sites dits « de qualité ». Un site de qualité aux yeux de Google, c’est un site accessible par tous les utilisateurs internet depuis n’importe quels supports (Desktop, Smartphone, Tablette) et répondant parfaitement à leurs requêtes.

Ainsi, Google utilise un filtre appelé « Google Panda » pour se débarrasser dans son classement les sites de mauvaise qualité. En parallèle, il utilise également un filtre appelé « Google Penguin » pour identifier les mauvaises pratiques SEO qui ne font que booster la popularité d’un site web via le netlinking abusif. Ce qui sort des standards de Google.

Autre exemple de ces critères de classement Google : le PageRank. C’est un indice attribué à chaque page d’un site internet pour le classer dans le SERP (les pages de résultats de recherche). Plus les pages web ont des liens entrants, plus cet indice augmente. Et c’est un facteur de pertinence de votre contenu par rapport à l’intention de recherches des utilisateurs internet.

Ce ne sont que des exemples. Google dispose aujourd’hui plus de 200 critères de positionnement dans son algorithme. De nouveaux critères ne cessent de voir le jour chaque année. À l’exemple de l’expérience utilisateur ou l’UX. La raison pour laquelle vous devez rester informé sur l’évolution des moteurs de recherche.

Apprendre les bases du référencement naturel

Après avoir compris le fonctionnement de Google, vous devez apprendre les bases fondamentales du SEO.

Vous l’aurez peut-être compris, lorsqu’on parle de travailler le SEO, cela consiste à positionner un site web dans les premiers résultats naturels de Google ou d’autre moteur de recherche.

Rassurez-vous ! Bien qu’il existe plus de 200 critères de positionnement Google, il est possible de les classer en 3 catégories : le contenu, l’aspect technique et la popularité du site. On parle souvent de 3 piliers du SEO.

Le contenu

Lorsqu’un internaute tape un mot-clé ou une requête sur Google, vous devez avoir un contenu en rapport avec cette recherche.

Ce contenu doit être unique, pertinent et le plus exhaustif possible afin que les robots de Google appelés « GoogleBots » puissent le classer dans les premières positions du SERP.

Voici quelques bonnes pratiques pour optimiser le référencement d’un contenu :

  • Trouver des mots-clés pertinents sur Google AdWords ou sur d’autres outils comme Ranxplorer ou 1.fr ;
  • Rédiger des contenus originaux ;
  • Structurer les textes par plusieurs sous-titres (H1, H2, H3, Hn…) ;
  • Optimiser la balise meta (meta-title et meta description) de la page ;
  • Créer un maillage interne en intégrant des liens entre vos pages web ;

L’aspect technique

Le deuxième pilier du SEO, c’est la technique. Votre site internet et ses différentes pages web doivent être bien lus et parcourus par les robots de Google. C’est ce qu’on appelle « crawl ». Ils doivent comprendre leurs contenus (textes, images, audio, vidéo, etc.), les liens entre les diverses pages, etc.

Pour cela, il faut créer un plan de site et ajouter un fil d’Ariane sur chaque page. En outre, vous devez également penser à créer un sitemap et un fichier robots.txt. N’oubliez pas non plus d’indiquer une information sur le balisage alt des images et créer une page 404 personnalisée.

Cette liste des bonnes pratiques reste non exhaustive ! Cela concerne un certain nombre de points à vérifier comme le temps de chargement des pages, l’ergonomie du site, la responsive design (compatibilité du site aux supports mobiles), les mises à jour, etc.

Avec l’apparition des CMS comme WordPress, il suffit aujourd’hui d’utiliser des plug-ins comme Yoast SEO pour résoudre la plupart des problèmes techniques sur votre site web.

La popularité du site

Quand on parle de popularité d’un site web, cela concerne sa notoriété. C’est une sorte d’indice de confiance pour Google. Ainsi, vous risquerez d’avoir des difficultés à remonter en première position sur le SERP si Google ne fait pas confiance à votre site web. Et ce, même avec des contenus de qualité.

Donc, il faut travailler le netlinking. Pour faire simple, il faut avoir des liens qui pointent vers votre site. Plus ces liens sont nombreux, plus Google va positionner votre site sur la première page des résultats. Mais attention à la pratique abusive !

S’initier au référencement naturel : comment procéder ?

Vous connaissez maintenant les différents points clés à apprendre lorsqu’on parle de référencement naturel. Si vous voulez avoir de bonnes bases pour votre initiation au SEO, voici quelques pistes :

1 – Apprendre le SEO sur Google

S’il y a une meilleure solution pour apprendre le référencement web, c’est sans aucun doute sur Google. Ce géant du web propose un guide complet à tous les débutants au SEO. Grâce à ce dernier, vous allez vite comprendre le b.a.-ba du référencement naturel.

2 – S’informer sur des sites spécialisés SEO

Sur Internet, il existe des centaines, voire des milliers de sites web spécialisés SEO. Ce sont des ressources non négligeables si vous voulez apprendre le référencement web ou approfondir vos connaissances en SEO. On peut citer par exemple le blog de SemRush ou encore WebRankInfo.

Sachez également que vous pouvez rejoindre les différentes communautés SEO sur les réseaux sociaux pour apprendre le référencement web.

3 – Suivre des formations SEO

Dans votre brainstorming personnel, vous constatez que vous avez besoin d’apprendre le SEO comme bagages pour votre carrière de freelance. Eh bien, sachez que la méthode la plus efficace, c’est de suivre une formation en référencement naturel.

Que ce soit en présentiel, à distance, gratuite ou payante, certifiante, votre formation SEO vous permet de comprendre rapidement les rouages du référencement web. Rassurez-vous ! Certaines formations en ligne sont éligibles au CPF (Compte Personnel de Formation).

N’hésitez pas à jeter un œil sur les offres de formation sur Udemy ou sur BeTeachr. Si vous voulez des recommandations, vous pouvez suivre la formation Apprendre le référencement sur Google de David Lefèvre.

4- Pratiquer

Comme il ne s’agit pas d’une science exacte, c’est en pratiquant le SEO que vous allez vite améliorer votre niveau. Si vous avez un site internet, tant mieux. Exercez-vous en rédigeant des contenus et en optimisant techniquement votre site web.

Sinon, n’hésitez pas à appliquer ce que vous avez appris sur les sites de vos clients. N’ayez pas peur d’échouer. C’est la pratique qui fera de vous un expert SEO. Si possible, n’hésitez pas à investir dans des outils SEO qui peuvent grandement vous aider.

Gagnez de l'argent avec nos concepts

Minimum 450 × plus rentable que le Livret A